Epreuve collective d'interaction

Arrêté du 16 avril 2014 modifié par l'arrêté du 6 mars 2015 fixant la nature, la durée et le programme des épreuves des concours d'entrée à l'Ecole nationale d'administration précise que "L'épreuve collective d'interaction a pour objectif d'apprécier les qualités intellectuelles, personnelles et relationnelles des candidats dans des situations de relation à autrui".

Le jury appréciera ainsi, au travers des trois rôles tenus et des courtes prestations correspondantes, "les aptitudes du candidat en termes de savoir-être relationnel et comportemental, au moment où il s'apprête à entrer dans une école d'application le destinant à la haute fonction publique".

Les rôles d’exposant et de répondant

Si l’épreuve ne nécessite aucune connaissance particulière et ne dispose d’aucun programme, les qualités intellectuelles du propos ne doivent pas être dissociées de sa présentation ni de son argumentation. L’échange mêle en effet étroitement les deux dimensions de conceptualisation et de communication.

Le jury se montrera attentif à la façon dont l’exposant conduit son exposé, puis reçoit, s’approprie et réagit aux propositions qui lui sont faites ainsi qu’à la capacité argumentative, à la réactivité et l’aptitude à l'écoute du répondant. Ce dernier sera également évalué sur la manière dont il saura énoncer ses répliques et formuler ses positions en fonction de son interlocuteur.

Ce ne sont pas des compétences rhétoriques qui sont attendues mais l'expression de qualités humaines, des capacités au dialogue et à l'interaction. Le jury appréciera la façon dont le candidat développe le point de vue qu'il aura choisi, s'efforce de le faire partager et s'emploie à rechercher une voie de conciliation.

Le jury observera :

  • les modalités d’interaction autant que la force de conviction des candidats,
  • leurs aptitudes relationnelles autant que personnelles,
  • une prestation dans son ensemble autant que la valeur d’une analyse donnée,
  • la cohérence et l'efficacité d’une conduite lors du débat autant que la puissance d’un argument,
  • la capacité à intégrer les différentes perspectives autant que celle de faire prévaloir son point de vue,

Le rôle d’observateur

La restitution au jury devra faire montre de la compréhension du candidat des enjeux du sujet et de la situation.

L’observateur est interrogé sur ce qu’il a compris et sur la manière dont il analyse le débat. Les questions ne portent pas sur la seule valeur des arguments exposés mais principalement sur les stratégies, sur la répartition des tours de parole, sur la relation entre les données explicites et les aspects non verbaux.

Présentation de l'épreuve :

Déroulement de l’épreuve :